1. Page d'accueil
  2. - Les numéros de la revue
  3. Numéro 7
  4. - Évaluation de l’efficacité d’un traitement ostéopathique sur les effets secondaires et la qualité de vie de patients sous chimiothérapie : Essai clinique multicentrique randomisé

Évaluation de l’efficacité d’un traitement ostéopathique sur les effets secondaires et la qualité de vie de patients sous chimiothérapie : Essai clinique multicentrique randomisé





Télécharger l'abstract

Favier N, Guinet A, Nageleisen M, Ceccaldi B, Pujade-Lauraine E, LeFoll C. Évaluation de l’efficacité d’un traitement ostéopathique sur les effets secondaires et la qualité de vie de patients sous chimiothérapie : Essai clinique multicentrique randomisé. La Revue de l'Ostéopathie. 2012;7:5-12.

Résumé

Objectif : Plusieurs études de faible puissance suggèrent une efficacité de l’ostéopathie sur les effets secondaires des chimiothérapies. Le but de notre recherche était de réaliser une étude multicentrique pour évaluer l’efficacité d’un traitement ostéopathique sur la qualité de vie des patients sous chimiothérapie en contrôlant la variabilité inter praticiens.

Méthodes : Cette étude a été menée par trois praticiens dans les services d’oncologie de trois hôpitaux de la région parisienne. Les patients ont été répartis par randomisation en deux groupes : un groupe à été traité puis a reçu le traitement placebo, un groupe a reçu le placebo puis a été traité. Nous avons utilisé un protocole d’essai croisé (cross-over) sur deux cures consécutives : chaque patient était son propre témoin. Pendant la phase traitée, le traitement ostéopathique était appliqué ; il était simulé lorsque le patient était témoin. Les critères de jugement étaient le questionnaire QLQ-30 modifié administré trois fois : avant traitement ostéopathique (témoin), après traitement réel (traité) et simulé (placebo).

Résultats : Les 40 patients comprenaient 27 femmes et 13 hommes. Les différences entre les phases traité et témoin étaient très hautement significatives pour les nausées-vomissements et la dyspnée, hautement significatives pour la fatigue, et significatives pour les douleurs et la perturbation du sommeil. L’efficacité était statistiquement supérieure au placebo pour tous ces critères. Il n’y avait pas de différence selon l’ordre d’application du traitement réel ou simulé, ni d’effet centre donc de variabilité inter-praticien.

Conclusion :Les résultats de cette étude sont en faveur d’une efficacité clinique de l’ostéopathie sur les effets secondaires des patients sous chimiothérapie. Ces résultats sont suffisamment intéressants pour suggérer que la présence d’ostéopathes dans les services d’oncologie puisse être utile aux patients atteints de cancer. D’autres études doivent confirmer ces résultats et quantifier la demi-vie des traitements ostéopathiques afin qu’ils soient pleinement intégrés à la prise en charge conventionnelle.

Mots-clés :Ostéopathie, chimiothérapie, cancer, qualité de vie, QLQ C30, étude multicentrique


Secondary effects and quality of life with chemotherapy: assessing the impact of an osteopathic treatment: Multicentric randomized clinical trial

Favier N, Guinet A, Nageleisen M, Ceccaldi B, Pujade-Lauraine E, LeFoll C. Secondary effects and quality of life with chemotherapy: assessing the impact of an osteopathic treatment: Multicentric randomized clinical trial. La Revue de l'Ostéopathie. 2012;7:5-12.

Abstract

Objectives: A number of low statistical power studies are suggesting a positive impact of osteopathy on chemotherapies secondary effects. Our aim was to realize a multicentric study assessing the efficiency of an osteopathic treatment on the quality of life in patients undergoing chemotherapy, while controlling the interpractitioner variability.

Méthods: Three osteopaths carried on this study in oncology departments of three different hospitals around Paris. Patients were randomized in two groups: one group received treatment, then placebo treatment; the other group received the placebo treatment, then got treated. We used a crossover protocol along two consecutive course of chemotherapy: each patient was its own control. During the treatment phase the patient received osteopathic treatment, during the control phase, the patient received sham-treatment. Judgment criteria were the modified QLQ-30 questionnaire; this was administered on three occasions: before treatment, after osteopathic treatment (treated) and after sham-treatment (placebo).

Résults: The 40 patients were 27 female and 13 male patients. Differences between treated and control were very highly significant for nausea/vomiting and dyspnoea, highly significant for tiredness and significant for pain and sleep disturbance. Efficiency was statistically superior to this of the placebo on all criteria. There was no difference relating to the application order of treatment or sham treatment, and no centre effect or inter practitioner variability.

Conclusion:The results from this study suggest a clinical benefit of osteopathy on secondary effects of chemotherapy. They are interesting enough to justify the presence of osteopaths in hospitals’ oncologic departments. Other studies are needed to confirm such results and quantify the osteopathic treatments’ half-life, in order to integrate them fully to conventional management of patients.

Keywords :osteopathy, chemotherapy, cancer, quality of life, QLQ-30, multicentric study